Page:Stendhal - Vie de Napoléon.djvu/296

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE LXXVIII


Quoiqu’en aient dit Montesquieu et beaucoup d’autres, il n’y a que deux sortes de gouvernements : les gouvernements nationaux et les gouvernements spéciaux.

À la première classe appartiennent tous les gouvernements où l’on tient pour principe que tous les droite et tous les pouvoirs appartiennent toujours au corps entier de la nation, résident en lui, sont émanés de lui et n’existent que par lui et pour lui.

Nous appelons gouvernements spéciaux tous ceux, quels qu’ils soient, où l’on reconnaît d’autres sources légitimes de droits et de pouvoirs que la volonté générale : tels que l’autorité divine, la naissance, un pacte social exprès ou tacite où les partis stipulent comme puissances étrangères l’une à l’autre[1].

Quoique vicieuse par le fond, quoique n’étant pas même un contrat entre le peuple et un homme, comme la constitu-

  1. Commentaires sur l’Esprit des Lois, p. 13, 14, Liège, 1817.