Page:Stendhal - Vie de Napoléon.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mort aucun homme d’une manière clandestine et sans un jugement préalable. « Ma conscience est sans reproche sur ce point ; si j’avais eu moins de répugnance à répandre le sang, peut-être ne serais-je pas ici en ce moment. »

Les dépositions de M. de Maubreuil pourraient faire croire que cette répugnance pour l’assassinat n’est pas aussi générale qu’on le croit[1].

  1. Voir les dépositions de M. de Maubreuil, marquis d’Aulay, sténographiées, et qui coûtent Paris manuscrites.

    Prudence ; archi-prudence.