Page:Stretser - Description de la Forêt noire, 1770.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
(22)

ne donnent pas beaucoup de satisfaction au laboureur.

Les champs qui n’ont pas encore été défrichés, où la bêche n’a point enfoncé, où le soc de la charrue n’a point formé de sillons, sont les plus estimés ; il y a des gens qui payent ces terreins vierges au poids de l’or.

Ce charmant pays est arrosé par une rivière qui prend sa source dans le réservoir d’un canton voisin, appellé V. S. Ca. [1], et qui se décharge avec un cours impétueux, par une cataracte, vers la terre ferme, proche l’entrée d’un goufre. Je parlerai plus particulièrement de cette rivière dans quelqu’autre chapitre.

Un spacieux canal passe par le milieu du pays, et prend presque d’un bout à l’autre. Quelques auteurs prétendent qu’il n’a point de fond, et j’avouerai, à l’honneur de la vérité, que je ne l’ai jamais pu trouver, quoique j’aie moi-

  1. Vessie, Canalis.