Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 12.djvu/224

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sonne, M. le curé de la paroisse, requérait, sous bénéfice des mêmes saisies, un arriéré de dîmes dues à ladite vénérable personne par ledit Gildas Lebrenn et autres vassaux ci-dessous nommés, etc., etc. Ledit bailli venait aussi, de plus, procéder et instrumenter contre le nommé Tankerù, forgeron, accusé et convaincu de s’être livré au braconnage aux confins de la forêt de Mezléan, afin de nuire méchamment et de propos délibéré aux plaisirs du très-haut, très-puissant, très-redouté seigneur, etc., etc., en tuant ses fauves, notamment un daim dix cors, pendant la nuit du 5 du présent mois, selon qu’il appert de la déposition de l’un des gardes forestiers dudit seigneur, etc., etc. Ensuite de quel crime ledit Tankerù, forgeron, devait être appréhendé au corps et conduit dans la geôle seigneuriale pour y subir préalablement la peine du fouet, sans préjudice de l’emprisonnement, etc., etc. »

Les griefs du bailli, exposés au milieu du morne silence des gens de la noce, le tambour fit entendre un roulement, la clochette du recors tinta derechef, et l’huissier du fisc, prenant la parole à son tour :

— Requit « contre le même Gildas Lebrenn et cinq autres métayers, ci-dessus nommés, etc., etc., qui, par mal vouloir ou autre mauvaise cause, n’ayant payé ni les tailles, ni les décimes, ni la capitation, etc., etc., étaient furtivement sortis de leur demeure avant que ledit huissier s’y fût présenté le matin, et avaient emmené leurs attelages de bœufs, leurs chariots et leurs chevaux, représentant la plus notable portion de l’avoir desdits, et que, craignant qu’ils ne profitassent du jour de foire de Bezenek, ayant lieu le lendemain au point du jour, pour se défaire subrepticement de leurs bœufs et chevaux, ledit huissier venait opérer illico la saisie desdits animaux et charrois, sans préjudice des autres récupérations, etc., etc. »

Les paysans avaient écouté la lecture des précédents grimoires avec une consternation et une colère croissantes, mais d’ailleurs sans