Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 12.djvu/300

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en ce temps, avait-elle conscience d’un sentiment plus tendre que notre affection fraternelle… Mais non, j’ai dissimulé la vérité, j’ai cédé à une lâche faiblesse ! j’ai laissé le cœur de cette enfant, jusqu’alors endormi, s’éveiller, s’éprendre et, à mesure qu’elle devenait de plus en plus jeune fille, se nourrir de cet amour… et je ne le partageais pas !… et il s’est enraciné dans son âme… Aussi, lorsqu’il a fallu l’en arracher, tel a été le déchirement, que l’innocente créature n’a pu résister à la douleur !… Ô juste châtiment, augure d’une punition plus grande peut-être ! j’ai vu s’évanouir comme un songe ce bonheur idéal que me réservait Berthe ! Hélas ! elle l’a dit, entre nous deux se serait toujours dressée l’ombre de la douce enfant… Mon Dieu ! ce serait à désespérer, si notre vie se bornait à ce monde-ci ! Mais en ces sphères plus hautes où nos esprits, nos passions se transforment, s’épurent, s’éthérisent, ainsi que nos corps, je vous reverrai, ô Berthe, ô Tina, sœurs alors ! et, mon crime pardonné ou expié, nous poursuivrons de monde en monde notre carrière immortelle !…

Nominoë, absorbé par ses pensées, n’a pas remarqué que, depuis assez longtemps, le son de plusieurs cloches plus ou moins lointaines et mises en branle par le tocsin arrivait, affaibli par la distance, jusqu’à lui à travers un étroit soupirail garni de barreaux de fer, et filtrant durant le jour quelques rayons de lumière dans la prison, creusée sous l’un des bâtiments des communs, assez éloigné du château. Soudain de tumultueuses rumeurs, de plus en plus rapprochées, attirent l’attention de Nominoë ; bientôt à ces rumeurs se joignent les détonations de plusieurs décharges de mousqueterie, fréquentes, bien nourries, auxquelles répond un feu irrégulier, mais soutenu ; puis la fusillade cesse peu à peu. Le bruit des clameurs paraît soudain s’engouffrer, un long silence leur succède… et au bout de quelques instants, une vive lueur, d’un rouge de feu, pénètre par le soupirail du cachot, se réverbère sur la muraille et y jette une clarté flamboyante.