Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 4.djvu/126

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE III.


Le burg du comte Neroweg. — L’Ergastule, où sont retenus prisonniers Ronan le Vagre, Loysik, l’ermite laboureur, l’évêchesse et Odille. — Vie d’un seigneur frank et de ses leudes dans son château, vers le milieu du sixième siècle (558). — Le festin. — Le mâhl. — L’épreuve des fers brûlants et de l’eau froide. — L’appartement des femmes. — Godégisèle, cinquième épouse du comte Neroweg. — Ce qu’elle apprend du meurtre (de) Wisigarde, quatrième femme du comte. — L’enfer et le clerc. — Chram, fils de Clotaire, roi de France, arrive au burg du comte. — Suite de Chram ou truste royale. — Leudes campagnards et antrustions de cour. — Le lion de Poitiers. — Imnachair et Spactachair. — Irrévérence de ces jeunes seigneurs à l’endroit du bienheureux évêque Caulin, qui confond ces incrédules par un nouveau miracle. — But de la visite de Chram au comte Neroweg. — Torture de Ronan et de Loysik destinés à périr le lendemain avec la belle évêchesse et la petite Odille. — Le bateleur et son ours. — Ce qu’il advient de la présence de cet homme et de cet ours dans le burg du comte.




Le burg du comte Neroweg, situé au milieu de l’emplacement d’un ancien camp romain fortifié, est bâti sur le plateau d’une colline qui domine une immense forêt ; entre cette forêt et le burg s’étendent de vastes prairies, arrosées par une large rivière ; au delà de la forêt, les hautes montagnes volcaniques de l’Auvergne s’étagent à l’horizon. L’habitation seigneuriale, destinée au comte et à ses leudes, est construite à la mode germanique:au lieu de murailles, des poutres, soigneusement équarries et reliées entre elles, reposent sur de larges assises de pierre; de loin en loin, pour consolider ces boiseries épaisses d’un pied, des pilastres maçonnés, appuyés sur le soubassement, montent jusqu’au toit, construit de bardeaux de chêne et