Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 4.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LES


MYSTÈRES DU PEUPLE


OU


HISTOIRE D’UNE FAMILLE DE PROLÉTAIRES


À TRAVERS LES ÂGES




LA GARDE DU POIGNARD.


KARADEUK LE BAGAUDE ET RONAN LE VAGRE.




PROLOGUE.


Les Korrigans — 395-529.




— La Bagaudie… qu’est-ce donc, grand-père ?

— Laisse-moi d’abord achever ce que je disais à notre ami le porte-balle ; cela, d’ailleurs, pourra t’instruire… Donc, mon aïeul Gildas m’a raconté qu’il savait de son père que, peu d’années après la mort de Victoria la Grande, il y avait eu, non pas en Bretagne, mais dans les autres provinces, une première Bagaudie (A). La Gaule, irritée de se voir de nouveau province romaine, par suite de la trahison de Tétrik, et des impôts écrasants qu’elle payait au fisc, se souleva ; les révoltés s’appelèrent des Bagaudes… Ils effrayèrent tellement l’empereur Dioclétien, qu’il envoya une armée pour les com-