Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 4.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Entre les deux rangées de piliers se trouve la table du comte et des leudes ses pairs ; à droite et à gauche en dehors des piliers, sont deux autres tables, l’une réservée aux guerriers d’un rang inférieur, l’autre aux principaux serviteurs du comte, son sénéchal, son maréchal, son échanson, son écuyer, ses chambellans et autres, car les seigneurs singent de leur mieux la cour de leurs rois (D). Dans les quatre coins de la salle, jonchée, selon la coutume, de feuilles vertes en été, de paille en hiver, sont quatre grosses tonnes, deux d’hydromel, une de cervoise et une de vin herbé (E), vin d’Auvergne mêlé d’épices et d’absinthe, boissons brassées ou foulées par les esclaves du burg ; le long des boiseries sont suspendus les trophées de la vénerie du comte et des armes de chasse ou de guerre ; têtes de cerfs, de chevreuils et de daims, garnies de leur ramure ; têtes de buffles, d’ours et de sangliers, munies de leurs défenses ou de leurs crocs. Les chairs et les cuirs ont été enlevés, il ne reste de ces têtes que leurs ossements blanchis ; épieux, piques, couteaux, trompes de chasse, filets de pêche, chaperons de fauconnerie, armes de guerre, lances, francisques, épées, hangons et boucliers peints de couleurs tranchantes, sont aussi appendus aux boiseries. Sur la table, vrai festin de Vagrerie, ce ne sont que chevreuils et sangliers rôtis tout entiers, montagnes de jambons de porcs ou de venaison fumée, avalanches de choux au vinaigre, mets favoris des Franks, pièces de bœuf, de mouton et de veau, engraissés dans les étables du comte, menu gibier, volailles, carpes et brochets, ceux-ci grands comme Léviathan, légumes, fruits et fromages de la fertile Auvergne ; les cruches et les amphores, sans cesse remplies par les sommeliers qui courent aux tonneaux défoncés, sont sans cesse vidées par les Franks, dans des cornes de taureau sauvage, leur coupe habituelle. La corne dont se sert Neroweg a dû appartenir à un buffle monstrueux, elle est noire et ornée du haut en bas de cercles d’or et d’argent. De temps à autre le seigneur comte fait un signe, et plusieurs esclaves, placés à l’un des bouts de la salle, et portant les uns des tambours,