Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 4.djvu/258

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


exercices militaires de la marhek-adroad ; il coulait toujours, le ruisseau d’eau vive, au bord duquel Sylvest et Siomara avaient, dans leurs jeux enfantins, élevé une petite cabane pour se mettre à l’abri de la chaleur du jour. Ronan cherchait au bord de ce ruisseau la place des deux vieux saules, où plus tard, lors de la conquête de César, Sylvest et son père Guilhern, ayant en vain tâché d’échapper à l’esclavage du centurion boiteux, alors propriétaire de leurs champs paternels, furent livrés, par le Romain, à l’horrible supplice des fourmis ! arbres séculaires, qui végétaient encore quelque peu lors du retour de Scanvoch et de son fils Aël-Guen au berceau de leur famille…

L’émotion de Ronan le Vagre fut à la fois douce et triste. Absorbé dans sa profonde méditation sur le passé, peu à peu il lui sembla voir, au milieu de la brume qui voilait à demi le rivage de la vieille Armorique, apparaître les touchantes ou mâles figures de la légende de son obscure mais antique famille gauloise. Le brenn (Brennus), vainqueur de l’Italie aux premiers siècles de la puissance de Rome ; Joel, Margarid, Hêna, Guilhern, Mikaël, Albinik le marin et sa femme Méroë, Sylvest l’esclave, Siomara la courtisane ; Geneviève, témoin de la mort du jeune homme de Nazareth ; Scanvoch, et enfin Karadeuk le Bagaude… Dans cette vision étrange, plus l’époque à laquelle appartenaient ces différents personnages s’éloignait du temps présent pour s’enfoncer dans la profondeur des âges, plus ils semblaient grandir… de sorte que les pâles fantômes de la génération de Joel, qui dominaient ceux de sa descendance, étaient à leur tour dominés par l’imposante figure du brenn victorieux, qui jadis jeta fièrement son épée gauloise dans la balance où se pesait la rançon de Rome et de l’Italie…

— Ah ! combien de nos générations se succéderont encore avant que la radieuse vision de Victoria la Grande se soit réalisée ! — pensait Ronan avec un accablement mélancolique. — Ô Brennus ! vaillant guerrier, le plus anciens des aïeux dont notre famille ait