Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 4.djvu/290

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Je n’ai pas reçu de nouvelles de Ronan ; puisse-t-il vivre toujours en paix dans la vallée de Charolles, de même que nous vivons ici ! car la Bretagne n’a pas encore subi le joug des Franks, fasse Hésus qu’elle ne le subisse jamais !