Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 4.djvu/291

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


KARADEUK LE BAGAUDE ET RONAN LE VAGRE




ÉPILOGUE.


LE MONASTÈRE DE CHAROLLES


ET


LE PALAIS DE LA REINE BRUNEHAUT


560-615




CHAPITRE PREMIER


La vallée de Charolles. — L’anniversaire. — Le monastère. — Une communauté laïque et une colonie libre au septième siècle. — Condition des moines et des colons. — Le bac. — L’archidacre Salvien et Gondowald, chambellan de la reine Brunehaut. — La fête. — Les vieux Vagres. — Les prisonniers. — Départ de Loysik pour le château de la reine Brunehaut.




Cinquante ans environ se sont écoulés depuis que Clotaire a fait brûler vifs son fils Chram, sa femme et ses deux filles. Oublions le spectacle désolant que la Gaule conquise continue d’offrir sous la descendance de Clovis depuis un demi-siècle, pour reposer nos regards sur la vallée de Charolles… Ah ! c’est qu’aussi les pères des heureux habitants de ce coin de terre n’ont pas lâchement courbé le front sous le joug des Franks et des évêques ; non, non… ils ont prouvé que le vieux sang gaulois coulait encore dans leurs veines ; aussi, voyez le paisible tableau de leur félicité ! voyez, bâties à