Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 4.djvu/315

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


le blâme de son évêque et père spirituel, et y subir humblement la pénitence ou châtiment qu’il pourrait lui infliger. Enfin, comme il se pouvait faire que le frère Loysik, par une suggestion diabolique, commît l’énormité de mépriser les ordres de son père spirituel, le noble Gondowald, chambellan de la glorieuse reine Brunehaut, était chargé par cette illustrissime et excellentissime princesse de faire exécuter, au besoin, par la force, les ordres de l’évêque de Châlons.

Le moine laboureur achevait à peine la lecture de cette missive que Gondowald ajouta d’un air hautain et menaçant :

— Oui, moi, chambellan de la glorieuse reine Brunehaut, notre très-excellente et très-redoutable maîtresse, je suis chargé par elle de te dire à toi, moine, que si toi et les tiens vous aviez l’audace de désobéir aux ordres de l’évêque, ainsi que cela pourrait arriver, d’après les insolents murmures que je viens d’entendre, je vous fais attacher, toi et les plus récalcitrants, à la queue des chevaux de mes cavaliers, et je vous conduis ainsi à Châlons, hâtant votre marche à coups de bois de lance.

Vingt fois en effet la lecture de la missive de l’évêque avait été interrompue par les murmures indignés de la foule : moines laboureurs ou colons ; il fallut l’imposante autorité de Loysik pour obtenir des assistants exaspérés assez de silence pour que la lecture de la missive épiscopale pût se terminer ; mais lorsque le frank Gondowald eut prononcé, d’un air de défi, ses insolentes menaces, la foule y répondit par une explosion de cris furieux mêlés de dédaigneuses railleries.

Ronan, le Veneur et quelques vieux Vagres n’avaient pas été des derniers à se révolter contre les prétentions spoliatrices de l’évêque de Châlons, qui voulait simplement s’approprier les biens des moines laboureurs et des colons, au mépris de tout droit. Quoique blanchis par l’âge, les Vagres avaient senti bouillonner leur vieux sang batailleur. Ronan, toujours homme d’action, se souvenant de son ancien métier, avait dit tout bas au Veneur :