Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 4.djvu/324

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Grégor voulurent conduire eux-mêmes jusqu’à l’autre rive, afin de rester quelques moments de plus avec Loysik. L’embarcation toucha terre ; le vieux moine laboureur embrassa une dernière fois Ronan et son fils, monta sur la mule, et, accompagné d’un jeune frère de la communauté qui le suivait à pied, il prit la route de Châlons, séjour de la reine Brunehaut.