Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 4.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Et moi, foi de Dent de-Loup, je me ferais damner, rien que pour échapper à ces simpiternels théorbes !

— Tais-toi, païen ! et vous, persévérez, mes filles ! — s’écria Cautin d’une voix plus éclatante encore. — Cet ermite, suppôt du diable, vous pousse à une pillerie sacrilège, qui vous mène droit aux enfers…

— Mes Vagres, — dit Ronan, — une corde, et que l’on accroche ce bavard haut et court, puisque décidément il veut être pendu…

L’ermite arrêta d’un geste la colère des Vagres, et dit :

— Évêque, reconnais-tu comme divines les paroles de Jésus de Nazareth ?

— Apostat ! Pharaon ! tu te dévoiles à cette heure ! tu avais endossé la peau d’agneau… tu n’es qu’un loup ravisseur comme les autres… Je te défends de prononcer le nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ !

— Jésus de Nazareth a dit ceci, — reprit l’ermite : « — Si l’on vous prend votre manteau, courez après celui qui vous l’a pris, et donnez-lui encore votre tunique. » — Que voulait dire Jésus par ces paroles ? sinon que trop souvent le vol avait pour cause la misère, et que de cette misère il fallait avoir pitié ?… Abandonne donc volontairement ces biens superflus, toi qui as fait serment de pauvreté, de charité !

— Tais-toi, méchant ermite, qui oses contredire notre évêque. Nous ne pouvons toucher du doigt aux biens de l’Église, — s’écria une des trois vieilles ; — nous serions damnées…

— Oui, oui, — reprirent les deux autres. — Tais-toi, ermite.

— Pauvres créatures ! plongées à dessein dans l’ignorance et l’aveuglement, — leur dit Ronan. — Tenez-vous beaucoup à la vie de votre évêque ?

— Pour lui nous souffririons mille morts ! — répondirent les trois vieilles, — oui, mille morts !…

— Oh ! pieuses femmes ! — s’écria Cautin jubilant. — Quelle superbe part de paradis vous aurez… Aussi, en attendant le jour de la vie éternelle, je vous absous de tous vos péchés et vous bénis !