Page:Sue - Martin l'enfant trouvé, vol. 3-4.djvu/304

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


mes écoliers ne soient pas trop distraits par le voisinage, — ajouta-t-il en souriant.

Puis, se retournant vers moi :

— Allons, Martin, viens… mon enfant.

Et portant la pelle sur mon épaule, je suivis l’instituteur, qui portait la pioche sous son bras.

Cet instituteur fossoyeur, cette classe tenue dans une vacherie, tout cela, malgré mon ignorance des choses, me semblait très-surprenant ; deux ou trois fois je fus sur le point de manifester mon étonnement à Claude Gérard, mais je n’osai pas, et j’arrivai bientôt avec lui au cimetière du village.