Page:Swarth - Octobre en fleur, 1919.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
18
hélène swarth.

XII.

SOIR DE LUNE.


Un soir de lune et d’autrefois,
Un soir lourd d’amour, dans les bois…

Comme une femme qui se pâme,
Une colombe roucoulait.
Je voulais te donner mon âme.
Suave et blanc comme du lait,
Le doux ciel amoureux coulait
Dans les frondaisons déjà noires.
Le vent faisait trembler des moires
Sur la fontaine, au fond du bois.
Nous étions pâles et sans voix.
— Tu ne sais plus, je me rappelle —
Ma bouche n’était plus rebelle
Et nos baisers longs et profonds
Nous faisaient chanceler d’ivresse.
Nos yeux d’extase et de caresse