Page:Swift - Gulliver, traduction Desfontaines, 1832.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


le plia en deux et l’étendit sur sa main gauche, qu’il avait mise à terre, me faisant signe d’entrer dedans, ce que je pus faire aisément ; car elle n’avait pas plus d’un pied d’épaisseur. Je crus devoir obéir, et, de peur de tomber, je me couchai tout de mon long sur le mouchoir, dont il m’enveloppa ; et, de cette façon, il m’emporta chez lui. Là, il appela sa femme et me montra à elle ; mais elle jeta des cris effroyables, et recula comme font les femmes en Angleterre à la vue d’un crapaud ou d’une araignée. Cependant, lorsque, au bout de quelque temps, elle eut vu toutes mes manières, et comment j’observais les signes que faisait son mari, elle commença à m’aimer très tendrement.

Il était environ l’heure de midi, et alors un domestique servit le dîner. Ce n’était, suivant l’état simple d’un laboureur, que de la viande grossière dans un plat d’environ vingt-quatre pieds de diamètre. Le laboureur, sa femme, trois enfans et une vieille grand’mère composaient la compagnie. Lorsqu’ils furent assis, le fermier me plaça à quelque distance de lui sur la table, qui était à peu près haute de trente pieds : je me tins aussi loin que je pus du bord, de crainte de tomber. La femme coupa un morceau de viande, ensuite elle émietta du pain dans une assiette de bois, qu’elle plaça devant moi.