Page:Swift - Gulliver, traduction Desfontaines, 1832.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


d’esprit, de sel et de bonne plaisanterie. Le style en est fort et énergique ; et c’est dommage que l’auteur y prodigue les grossièretés, les indécences et l’impiété. Le premier volume de l’édition citée contient un mélange de pièces diverses, écrites avec beaucoup d’agrément et de légèreté ; entre autres un Discours sur les divisions arrivées entre les nobles et les peuples, plein de connaissance sur l’histoire et de réflexions excellentes ; un traité, intitulé Sentimens d’un membre de l’église anglicane, où règne un style vif et satirique contre les prétendus esprits forts. Le second volume renferme des poésies amoureuses et satiriques, parmi lesquelles on remarque Calenus et Vanessa, poème, où le docteur, sous le nom de Calenus, chante ses amours avec Esther Vanhomrigs qu’il célèbre sous celui de Vanessa, On trouve dans toutes ses poésies un génie surprenant et bizarre, une imagination féconde, des idées vives, des descriptions fleuries, et une aigreur excessive dans les satires. Le troisième volume contient les Voyages de Gulliver à Lilliput, à Brobdingnag, à Laputa et au pays des Houynhnhms. On trouve dans ces Voyages