Page:Swift - Gulliver, traduction Desfontaines, 1832.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ingénieux le rendit l’idole du peuple ; et le nom de Draper qu’il avait pris, lui fut donné avec des acclamations extraordinaires. On célébra sa fête, et son portrait fut exposé dans les rues de Dublin. Les pauvres lui eurent une obligation plus essentielle ; il établit pour leur soulagement une banque où, sans caution, sans gages, sans sûreté, sans intérêts quelconques, on prêtait à tout homme ou femme du bas peuple, ayant quelque métier ou quelque talent, jusqu’à la concurrence de dix livres sterling, c’est-à-dire plus de deux cents frans de monnaie de France. Le cinquième volume commence par le traité intitulé : Conduite des alliés, dans lequel il se montre ennemi juré de la tyrannie et de l’oppression, sous quelque forme qu’elles puissent se montrer. On y trouve ensuite les écrits intitulés les Examinateurs, qui contiennent les événemens publics arrivés en Angleterre depuis 1710 jusqu’en 1711. Il y règne un style nerveux, une précision exacte, une diction claire, une connaissance profonde des vrais intérêts de la région d’Angleterre, et toujours des ironies piquantes et des railleries amères. Le sixième volume n’est qu’un mélange confus de prose,