Page:Swift - Gulliver, traduction Desfontaines, 1832.djvu/344

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


pelé, et qu’après avoir chassé l’usurpateur il s’empare lui-même des États qu’il a secourus, tue, met dans les fers ou bannit le prince qui avait imploré son assistance. La proximité du sang, les alliances, les mariages ; autres sujets de guerre parmi les princes : plus ils sont proches parens, plus ils sont près d’être ennemis. Les nations pauvres sont affamées, les nations riches sont ambitieuses : or, l’indigence et l’ambition aiment également les changemens et les révolutions. Pour toutes ces raisons, vous voyez bien que, parmi nous le métier d’un homme de guerre est le plus beau de tous les métiers ; car qu’est-ce qu’un homme de guerre ? c’est un yahou payé pour tuer de sang-froid ses semblables qui ne lui ont fait aucun mal.

Vraiment, ce que vous venez de me dire des causes ordinaires de vos guerres, me répliqua son honneur, me donne une haute idée de votre raison ! Quoi qu’il en soit, il est heureux pour vous qu’étant si méchans vous soyez hors d’état de vous faire beaucoup de mal ; car, quelque chose que vous m’ayez dite des effets terribles de vos guerres cruelles où il périt tant de monde, je crois, en vérité, que vous m’avez dit la chose qui n’est point. La nature vous a donné une bouche plate sur un visage plat : ainsi, je ne vois pas comment vous pouvez vous mordre que