Page:Swift - Gulliver, traduction Desfontaines, 1832.djvu/419

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


conquête n’en vaut pas la peine, et que nous n’en retirerions pas de quoi nous rembourser des frais d’une flotte et d’une armée. Je demande s’il y aurait de la prudence à aller attaquer les Brobdingnagniens. Il ferait beau voir une armée anglaise faire une descente en ce pays-là ! Serait-elle fort contente, si on l’envoyait dans une contrée où l’on a toujours une île aérienne sur la tête, toute prête à écraser les rebelles, et à plus forte raison les ennemis du dehors qui voudraient s’emparer de cet empire ? Il est vrai que le pays des Houyhnhnms paraît une conquête assez aisée. Ces peuples ignorent le métier de la guerre ; ils ne savent ce que c’est qu’armes blanches et armes à feu. Cependant, si j’étais ministre d’État, je ne serais point d’humeur de faire une pareille entreprise. Leur haute prudence et leur parfaite unanimité sont des armes terribles. Imaginez-vous d’ailleurs cent mille Houyhnhnms en fureur se jetant sur une armée européenne. Quel carnage ne feraient-ils pas avec leurs dents, et combien de têtes et d’estomacs ne briseraient-ils pas avec leurs formidables pieds de derrière ? Certes, il n’y a point de Houyhnhnm auquel on ne puisse appliquer ce qu’Horace a dit de l’empereur Auguste :

Recalcitrat undique tutus.