Page:Swift - Gulliver, traduction Desfontaines, 1832.djvu/418

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Je voudrais bien qu’on s’avisât de censurer mon ouvrage ! En vérité, que peut-on dire à un voyageur qui décrit des pays où notre commerce n’est aucunement intéressé, et où il n’y a aucun rapport à nos manufactures ? J’ai écrit sans passion, sans esprit de parti, et sans vouloir blesser personne ; j’ai écrit pour une fin très-noble, qui est l’instruction générale du genre humain ; j’ai écrit sans aucune vue d’intérêt et de vanité : en sorte que les observateurs, les examinateurs, les critiques, les flatteurs, les chicaneurs, les timides, les politiques, les petits génies, les patelins, les esprits les plus difficiles et les plus injustes, n’auront rien à me dire et ne trouveront point occasion d’exercer leur odieux talent.

J’avoue qu’on m’a fait entendre que j’aurais dû d’abord, comme bon sujet et bon Anglais, présenter au secrétaire d’État, à mon retour, un mémoire instructif touchant mes découvertes, vu que toutes les terres qu’un sujet découvre appartiennent de droit à la couronne. Mais en vérité je doute que la conquête des pays dont il s’agit soit aussi aisée que celle que Fernand Cortez fit autrefois d’une contrée de l’Amérique, où les Espagnols massacrèrent tant de pauvres Indiens nus et sans armes. Premièrement, à l’égard du pays de Lilliput, il est clair que la