Page:TMI - Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international, vol. 1, 1947.djvu/317

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


aurait eu connaissance des crimes commis dans l’Est, même s’il n’y a pas participé ; il aurait aussi proposé des lois d’exception contre les Juifs et les Polonais et aurait signé des décrets obligeant certaines catégories de Polonais à accepter la nationalité allemande. Toutefois, le Tribunal estime que les preuves invoquées pour démontrer la participation de Hess à ces crimes ne suffisent pas à établir sa culpabilité.

Ainsi qu’il a été mentionné plus haut, le Tribunal a estimé, après un examen médical complet et un rapport sur l’état de santé de Hess, qu’il devait être jugé sans ajournement. On a demandé depuis, à plusieurs reprises, qu’il soit examiné à nouveau. Le Tribunal, après un rapport du psychiatre de la prison, a rejeté ces requêtes.

Il est possible que Hess agisse d’une manière anormale, qu’il souffre d’amnésie partielle et que ses facultés intellectuelles se soient affaiblies au cours du Procès, mais rien ne prouve qu’il ne saisisse pas la nature de l’accusation qui pèse sur lui ou qu’il ait été incapable de se défendre. Il a été régulièrement représenté au Procès par un avocat désigné à cet effet par le Tribunal. Il n’a pas été allégué que Hess ne fut pas complètement sain d’esprit lorsqu’il a commis les crimes dont il est accusé.


Conclusion.

Le Tribunal déclare :

Que l’accusé Hess est coupable des crimes visés par les premier et deuxième chefs de l’Acte d’accusation.

Que l’accusé Hess n’est pas coupable des crimes visés par les troisième et quatrième chefs de l’Acte d’accusation.


VON RIBBENTROP.

Von Ribbentrop est inculpé des crimes visés par les quatre chefs de l’Acte d’accusation. Il adhéra au parti nazi en 1932. L’année suivante, il devint, en matière de politique étrangère, le conseiller de Hitler et le représentant du parti nazi. En 1934, il fut nommé délégué aux questions de désarmement et, en 1935, ministre plénipotentiaire sans portefeuille ; c’est en cette dernière qualité qu’il négocia l’Accord naval anglo-allemand en 1935 et le Pacte antikomintern en 1936. Le 11 août 1936, il fut envoyé comme ambassadeur en Angleterre. Le 4 février 1938, il succéda à von Neurath comme ministre des Affaires étrangères du Reich, au cours du remaniement général qui suivit le renvoi de von Fritsch et celui de von Blomberg.


Crimes contre la Paix.

Von Ribbentrop n’assista pas à la conférence du 5 novembre 1937, dite « Conférence Hossbach », mais le 2 janvier 1938, alors qu’il était encore ambassadeur en Angleterre, il envoya un mémorandum à