Page:Tagore - L’Offrande lyrique.djvu/161

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


J’ai dépensé grand nombre d’heures dans le combat du bien et du mal, mais à présent c’est le plaisir du compagnon de mes jours vides de rappeler mon cœur à lui ; et je ne sais pas ce que signifie cet appel brusque pour quelle inconséquence inutile.


XC


Le jour où la mort viendra frapper à ta porte, quel présent lui offriras-tu ?

Je placerai devant la visiteuse la pleine coupe de ma vie — certes je ne souffrirai pas qu’elle reparte les mains vides.

Et la douce vendange de tous mes