Page:Tagore - L’Offrande lyrique.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CI


Mes chants t’ont recherché toute ma vie. Ce furent eux qui me guidèrent de porte en porte. C’est par eux que, palpant et scrutant mon univers, alentour de moi j’ai senti.

Ce furent mes chants qui m’enseignèrent tout ce que j’ai jamais appris, qui m’indiquèrent les sentes cachées et proposèrent à ma vue maint astre sur l’horizon de mon cœur.

Mes chants m’ont conduit le long du jour vers la mystérieuse contrée du plaisir et de la douleur, et maintenant jusqu’à la grille de quel palais m’ont-ils amené dans le soir, tandis que finit mon voyage ?