Page:Taine - Les Origines de la France contemporaine, t. 11, 1904.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
X
AVANT-PROPOS


de conversation — pauvres reflets, sur nous qui l’entourions, des grandes lumières intérieures, — on n’a que cela pour essayer d’indiquer une ou deux des principales idées qui devaient achever les Origines de la France contemporaine.

« Le Milieu moderne », c’était le titre du dernier livre. Il s’agissait de découvrir les grandes caractéristiques de la période dans laquelle sont entrées récemment et vont vivre les sociétés européennes. S’élevant à un point de vue plus haut que celui où il s’était tenu pour regarder la France, M. Taine apercevait sa métamorphose comme un cas d’une transformation aussi générale que le passage de la Cité antique à l’Empire romain ou de l’Empire romain à l’État féodal. Aujourd’hui, comme autrefois, cette transformation est l’effet d’un « changement dans la condition intellectuelle et physique des hommes », c’est-à-dire, en dernière analyse, du milieu qui les entoure. Tels l’arrivée d’une nouvelle période géologique, d’une période glaciaire, par exemple, ou, plus exactement encore, « le soulèvement très lent, puis accéléré, d’un continent, obligeant les espèces sous-marines qui respirent par des branchies à se transformer en espèces