Page:Tardivel - La Langue française au Canada, 1901.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
viii
À NOS COMPATRIOTES.

l’Union Catholique de Montréal sur « La langue française au Canada », et vous me manifestez votre intention de la mettre en brochure.

J’approuve de tout cœur votre projet. Cette conférence mérite les beaux éloges que notre public lui a décernés. Monsieur Tardivel a fait là un travail sérieux, substantiel, propre à faire aimer la langue française que nos pères nous ont transmise comme un précieux héritage, propre surtout à redresser bien des idées fausses sur la manière dont elle est parlée au Canada et à mettre notre peuple en garde contre l’invasion des anglicismes.

Je fais des vœux pour que cette conférence de monsieur Tardivel se trouve bientôt entre les mains de tous nos étudiants et de nos hommes instruits, et leur inspire de plus en plus le respect de notre belle langue française, en même temps qu’une vive et constante sollicitude pour la conserver dans toute sa pureté.

Agréez, bien cher Monsieur, l’expression de mes sentiments les plus dévoués.


5o Mgr l’Évêque de Pembroke
13 mai.

« J’approuve grandement l’heureuse idée que vous avez de faire publier en brochure