Page:Tardivel - La Langue française au Canada, 1901.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
x
À NOS COMPATRIOTES.

Mgr l’Archevêque de St-Boniface.
18 mai.
Mon cher M. Leclaire,

La conférence de M. J.-P. Tardivel sur la langue française m’intéresse d’autant plus que nous faisons ici un travail colossal pour la conservation de cette langue menacée non seulement par la loi et l’antagonisme d’une certaine classe d’esprits étroits, mais aussi par l’utilitarisme.

Je vous félicite de donner tant de publicité à ce travail intéressant, sérieux, et qui fera un bien immense à cette heure de la grande et universelle anglomanie, parce qu’il fera aimer notre chère langue française telle qu’elle est parlée par les Canadiens-français.

Je vous bénis de grand cœur au moment de partir pour le Yukon, et je vous donne l’assurance que je recommanderai cette conférence dans mon diocèse.


Mgr l’Évêque des Trois-Rivières.
20 mai.

« Votre projet est à mon sens un acte de patriotisme éclairé. L’éminent publiciste, en fai-