Page:Tardivel - La Langue française au Canada, 1901.djvu/52

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
18
LA LANGUE FRANÇAISE

assez compliqués. Le patron me regarda d’un air intrigué, et après le dîner, il m’aborda résolument : — Permettez, monsieur ! Je vois que vous venez du Canada, et cependant vous parlez le français comme nous. Je n’y comprends rien, moi qui croyais qu’au Canada on parlait l’américain !

Je lui expliquai qu’au besoin je parlais l’américain, mais qu’un grand nombre de Canadiens parlaient le français, pour la bonne raison que leurs ancêtres étaient venus de France.

Il parut convaincu, mais évidemment il ne l’était pas. Car le lendemain matin, au moment où j’allais partir, il m’aborda de nouveau.

— Monsieur, me dit-il, voulez-vous me permettre de vous présenter à ma femme et à mes filles ?

— Volontiers, lui répondis-je, pourvu que ça ne soit pas long.

Il me conduisit à la cuisine où madame