Page:Tardivel - La Langue française au Canada, 1901.djvu/62

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
28
LA LANGUE FRANÇAISE

pas dormir — pour me croire dans une de nos églises de Québec ou de Montréal : même langage, mêmes expressions, même accent, même timbre de la voix. Jusqu’aux annonces qui étaient les mêmes. Pourtant, ils sont rares, les ancêtres canadiens qui sont venus de la Suisse. Je ne sais trop comment expliquer cette similitude frappante entre le parler suisse et le parler canadien. On dit que les Suisses parlent le français sans accent. C’est ainsi que nous le parlons, sans doute. Puis, le climat rigoureux de ce pays de montagnes, étant semblable au nôtre, a pu produire le même timbre de voix qui caractérise notre parler canadien. Car c’est par le timbre de la voix, bien plus que par l’accent, qu’on peut distinguer un Français d’un Canadien. Le contact avec l’Allemand a peut-être aussi modifié le timbre de la voix des habitants de la Suisse romane, comme le contact avec l’Anglais a dû causer