Page:TheatreLatin1.djvu/292

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

LE CABLE, ACTE IV, SCÈNE IV. 265 Comment me prouveras-tu que, participant au vol, je Gri. ( à Pécart.) Bon , les affaires vont bien; ma ne dois pas aussi avoir part au gain? Itéponds. proie me restera tout entière. ll a la duperie de Ori. Je n’ai rien à te dire. Est-ce que j°entendS Itfappeler sur mon propre terrain; c'est mon mai- rien, moi, à vos usages de la ville? Tout ce que tre qu'il prend pour arbitre. Démonès assurément je sais, c’est que cette valise est à moi, et que je ne jugera pas en faveur d’un autre, au préjudice u’en démordrai pas. de son esclave. Je suis certain qu’à ce tribunal je ne Trait. Et moi je soutiens qu’elle nfappartient risque pas seulement trois oboles. Il ne sait pas aussi. mes avantages dans la proposition qu’il vient de Cri. Arrête, à présent. Je trouve un expédient me faire. Oli!j’irai volontiers devant 1'arbitrc qu’il pour que tu ne sois ni voleur ni complice. m’indique. Tm/t. Quel est-il? Tru}:. Eh bien! que résous-tu? Cri. Laisse-moi aller, va toi-même de ton côté, Cri. Quoique je sache mon bon droit, je con- sans rien dire à personne. Je ne te donnerai rien , sens à tout , plutôt que de me battre avec toi. tu ne me dénonceras pas. Sois discret, te dis-je, Tralc. Cette fois-ci, tu me parais raisonnable. et moi je te promets d’être aussi muet que si je n’a· GM. Je pourrais opposer que tu me traduis vais point de langue. Voilà , à mon avis , Yexpédieut devant un arbitre qui m’est inconnu : mais s’il est le meilleur et le plus juste. équitable , quoique je ne le connaisse point, c’est Tm/s. Voilà les propositions que tu me fais? comme si je le connaissais. Cri. Je t’en fais une autre depuis deux heures, * qui est de ren sim, de imm le nain, et as nc , SCENE W5 __ _ _ pjus m~jmp0m_mm·_ DEMONÈS, PALESTRA, Al\IPELlbQlil·,, TRA- T ral:. Attends, j’ai à mon tour des propositions RAI-JUN: GRIPUS. SPûRAX» TUBBALION. 8 ts fi[1!`€~ _ _ _ Dém. Sérieusement, mes pauvres ülles ,je sou- 671- El1!_p=\1‘ HEFCUIE! @15 C9 dontle te PUC im haiterais , par Pollux, faire ce que vous nie de- 81'â¤C ¤ V¤·i· €¤· _ ’ _ _ mzmdez; mais il faut que vous sortiez de chez moi, Trad- C0¤¤8tS·U1 <1¤<fi•]!1 un [C1? _ _ sans quoi je cours grand risque d'être moi-même Qi- U fem hlm que J6 00¤¤¤1$S8 mës "01$1¤$· chassé de la maison par ma femme , sous prétexte 1`"fk- OU df¥m€¤1`€$·îl1ï' I _ d’y avoir amené des courtisanes que leur jeunesse Q"- T<>¤tl¤-1>¤S ~ dans C65 ¤hümPS les Plus 810* et leurs attraits lui rendent suspectes. Retirez-vous QMSUD- _ _ donc, je vous en conjure, à l’autel, pour que je Tralii. Veux-ttt qlttê DONS PTGDIODS POUY arbitre ne 5015 pas mgpmëmg obligé dg m`y réfugie;-_ le mîiîilü de cmi, mülsün? _ 1 I _ Pal. et Ampél. Nous sommes perdues! · · · ~ I . j _ . . . . . . . G"°· Lmsfe fm fmmm l°_ cab 0 > ‘l“°_,·l‘È W €,°‘ Dem. Ne craignez rien. Je continuerai 1Cl(l’êÈl'€ vo- 8***}; ¤t<1¤•¤ J_imSc il Pim mm sur ce quel et il f€'“`°· tre défenseur(à Sparaar et à Turbo/ion.) Mais pour- 1 rale. Avise. quoi me snivezwous , vous autres P Tant que je serai là , personne ne leur fera de violence. Retournez ( )C'est u mensonge que lalt Grlpus pour dèpayser Trakhalion; j ° d j St t ` _ cad ll demdure au contraire tout pres de la , chez le vieillard Dé- S ’ Je gar 8 8 PO 8 ’ 6 vous releve de Sen mortes son maître. ·


si veniat nano dominus, quojus est, ego qui inspeclavi pro- Trash. Fiat. Grip. Euge, salve res est: prœdn hœc perpe- cul tua ’st mea. Te hunt; habere, lur sum, quam tu? Grip. Nihilo. Track. Ad meum hcrum arbitrum vocat me, heîc intra praescpeis Mano mastioia. mess. Quo arguniento sîocius non sum, et fur sum? îactlum ex te Nunquam , hcrcle, hotlie abjudicnbit ab suo trioholum. mam. Na: iste haud soit quam conditionem tetulerlt : lbo ad arbi- (Zrip. Nescio : neque ego islas vostras loges urbanas scio, trum. was Nisi quia, hunc meum esse, dico. Trash- Et ego item Egîî Trnch. Quid igitur? Grip. Quamquam îstuc esse jus meum aio meum. l ( carto solo Grip. Mame jam; reperi rem, quo pacto nec fur, nec socîus Fiat istuc potins, quam none pugnem tecum. Track. Nunc sies. places. Tmch. Quo pacto? Grip. Sim: me hinc abirc; tu abi tacitus Grip. Quamquam ad ignotum arbitrum mc adpellis; si a.d~ tuam viam; _ _ hibebit lidem, Nec tu me quoiquam illdicassis , n€<|\1€ €g0 ühl tlülûflllëltfl Etsi est ingnotus, gtlOl.U$ I sl DOD, gtloltlâ, in notissimust. 0. dab g Tu taqcto, cgo mussitabo; hoc optumum atque œquissumum SGEN A QUABTA_ ’s . TTGCIL COndluODlS B\]dCS JCITCV GN}!. Jlllndlldlllïl D E“ONES , ` AMPELISCA ’ TRACHA-L10, fero: lots GmPUS• Ut aheas, rudentem amittas, mihi molestus ne sles. _ _ _ Tmch. Mame, dum rcfero oonditionem. Grip. Te obseem, Dep. Serio, edepol, quamquam volo vobis quœ volus, mu- h le, ante te modo. MW!. W550 ztrwlïllcquemin hic locis gnovisti? Grip. Oportet vicinos gouv. v¤‘0Pl·¢1‘ VOÈJ mf Uïâlf 111:8 UF €1¤i\'¤fl31 üdihlls, _ um me pelltces a uxisse ice an e oculos suos. fmgailîutîhi tu hein habites'! Grip. Porro illeic longe usque in VOS Cûlliügilf î¤ Mem Pûliüâv ¢1¤i:t¤ P20- MM- lllîaëm petit lcampls ultimls. mus! _ _ Track. Vin’ qui in hnc villa habitat, cjus arhitralu lieri? D¢m· Ego TQS Süitüü miûm · UB UIDEÈE. $6d quid \'oS lotus strip. Paulisper remitte restcm, dum ooncedo ct eousulo. loll PF¤$¤¤l\\l¤\1¤1? €l¤¤¤l·1m WO ¤<l5¤¥¤, Miel , MMO lulillllns. I