Page:Thiers Adolphe - Histoire de la Révolution française t1 (1839).pdf/32

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
4
RÉVOLUTION FRANÇAISE.

cette hiérarchie, transmise des personnes aux terres, y fut comme immobilisée, et forma ainsi le système féodal. L’autorité s’y partagea entre le chef féodal appelé roi, et les chefs secondaires appelés vassaux, qui à leur tour étaient rois de leurs propres sujets. Dans notre temps, où le besoin de s’accuser a fait rechercher les torts réciproques, on nous a suffisamment appris que l’autorité fut d’abord disputée par les vassaux, ce que font toujours ceux qui sont le plus rapprochés d’elle ; que cette autorité fut ensuite partagée entre eux, ce qui forma l’anarchie féodale ; et qu’enfin elle retourna au trône, où elle se concentra en despotisme sous Louis XI, Richelieu et Louis XIV. La population française s’était progressivement affranchie par le travail, première source de la richesse et de la liberté. Agricole d’abord, puis commerçante et manufacturière, elle acquit une telle importance qu’elle forma la nation tout entière. Introduite en suppliante dans les états-généraux, elle n’y parut qu’à genoux, pour y être taillée à merci et miséricorde ; bientôt même Louis XIV annonça qu’il ne voulait plus de ces assemblées si soumises, et il le déclara aux parlemens, en bottes et le fouet à la main. On vit dès lors à la tête de l’état un roi muni d’un pouvoir mal défini en théorie, mais absolu dans la pratique ; des grands qui avaient abandonné leur dignité féodale pour la faveur du monarque, et qui se disputaient