Page:Thiers Adolphe - Histoire de la Révolution française t1 (1839).pdf/33

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
5
RÈGNE DE LOUIS XVI.

par l’intrigue ce qu’on leur livrait de la substance des peuples ; au-dessous une population immense, sans autre relation avec cette aristocratie royale qu’une soumission d’habitude et l’acquittement des impôts. Entre la cour et le peuple se trouvaient des parlemens investis du pouvoir de distribuer la justice et d’enregistrer les volontés royales. L’autorité est toujours disputée : quand ce n’est pas dans les assemblées légitimes de la nation, c’est dans le palais même du prince. On sait qu’en refusant de les enregistrer, les parlemens arrêtaient l’effet des volontés royales ; ce qui f‍inissait par un lit de justice et une transaction, quand le roi était faible, et par une soumission entière, quand le roi était fort. Louis XIV n’eut pas même à transiger, car sous son règne aucun parlement n’osa faire des remontrances : il entraîna la nation à sa suite, et elle le glorif‍ia des prodiges qu’elle faisait elle-même dans la guerre, dans les arts et les sciences. Les sujets et le monarque furent unanimes, et tendirent vers un même but. Mais Louis XIV était à peine expiré, que le régent offrit aux parlemens l’occasion de se venger de leur longue nullité. La volonté du monarque, si respectée de son vivant, fut violée après sa mort, et son testament cassé ; L’autorité fut alors remise en litige, et une longue lutte commença entre les parlemens, le clergé et la cour, en présence d’une nation épuisée par de