Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/303

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XIII

Le 17 août, Rostov et Iline, accompagnés de Lavrouchka, qui venait de rentrer de captivité, et d’un hussard, ordonnance, allèrent se promener à cheval hors de leur campement de Iankovo, sis à quinze verstes de Bogoutcharovo, pour essayer le nouveau cheval acheté par Iline et se renseigner s’il n’y avait pas de foin dans les villages.

Bogoutcharovo, depuis trois jours, se trouvait entre les deux armées ennemies, de sorte que l’arrière-garde russe y pouvait accéder aussi facilement que l’avant-garde française ; c’est pourquoi Rostov, commandant très attentif d’un escadron, désirait profiter avant les Français des provisions restées à Bogoutcharovo.

Rostov et Iline étaient de l’humeur la plus gaie pendant la route à Bogoutcharovo, le domaine du prince, où ils espéraient trouver une grande valetaille et de jolies filles. Tantôt ils interrogeaient