Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/320

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XV

Koutouzov ayant accepté le commandement des armées, se souvint du prince André et lui envoya l’ordre de se rendre au quartier général.

Le prince André arriva à Tsarevo-Zaïmistché précisément quand Koutouzov faisait la première revue des troupes. Le prince André s’arrêta au village près de la maison du pope, où se trouvait la voiture du commandant en chef, et il s’assit sur un banc près de la porte cochère, en attendant le sérénissime, comme tous maintenant appelaient Koutouzov.

Dans les champs, derrière le village, on entendait tantôt les sons de la musique militaire, tantôt le grondement d’une multitude de voix criant hourra au nouveau commandant en chef.

Ici, près de la porte cochère, à dix pas du prince André, deux brosseurs, l’ordonnance et le maître