Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/402

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à soigner ton père et tu le soigneras mieux qu’un étranger habile. Il en va de même avec Barclay. Tant que la Russie était forte un étranger pouvait la servir, et il était habile ministre, mais depuis qu’elle est en danger, il lui est nécessaire d’avoir un des siens. Chez nous, au club, on l’a qualifié de traître ! Pour l’avoir calomnié en le disant traître, il résultera ceci : qu’après, ayant honte de cette calomnie, on en fera tout à coup un héros ou un génie, ce qui sera encore plus injuste. C’est un Allemand honnête et très exact…

— Pourtant il passe pour un capitaine très habile ? dit Pierre.

— Je ne comprends pas ce que signifie un capitaine habile, dit le prince André avec un sourire.

— Le capitaine habile, c’est celui qui prévoit tous les hasards et devine les projets de son adversaire, dit Pierre.

— Mais c’est impossible ! repartit le prince André comme s’il s’agissait d’une affaire depuis longtemps résolue.

Pierre le regardait étonné.

— Cependant on dit que la guerre est semblable au jeu d’échecs.

— Oui, dit le prince André ; seulement, avec cette petite différence que, dans le jeu des échecs, tu peux réfléchir à chaque pas, tant que tu veux, que là tu es en dehors des conditions de temps, et encore, avec cette différence, que le cavalier est