Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/412

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


n’en voyait rien et ne comprenait pas. Il voyait en elle une fille jolie et fraîche à qui il ne daignait pas unir son sort. Et moi ! Et jusqu’à ce jour il vit, il est gai »

Comme si quelque chose l’eût brûlé, le prince André bondit et de nouveau se mit à marcher devant le hangar.