Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol11.djvu/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’officier, comme s’il se moquait de soi-même, en souriant et hochant la tête, presque au trot, courut par les rues désertes pour rattraper son régiment au pont Iaouzki. Et Maria Kouzminichna, les yeux humides, pendant longtemps se tenait devant la porte fermée en hochant pensivement la tête et sentant un accès inattendu de tendresse maternelle et de pitié pour le petit officier qu’elle ne connaissait pas.