Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol11.djvu/162

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XXV

Vers neuf heures du matin, quand les troupes traversaient déjà Moscou, personne ne venait plus demander les ordres du comte. Tous ceux qui le pouvaient partaient d’eux-mêmes, ceux qui restaient décidaient eux-mêmes ce qu’il leur fallait faire.

Le comte ordonna d’atteler la voiture pour aller à Sokolniki. Les sourcils froncés, jaune, silencieux, les bras croisés, il était assis dans son cabinet de travail. Dans les temps de calme, chaque administrateur pense que c’est uniquement par ses soins que ses administrés vivent, et dans cette conscience de sa nécessité, il trouve la plus grande récompense de son travail et de ses efforts. Tant que l’océan historique est calme, l’administrateur dans sa petite barque chétive qu’il met en mouvement en l’appuyant contre le grand navire du peuple croit que c’est lui qui fait avancer le navire contre