Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol11.djvu/201

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


éloigné de lui, mais l’incompréhension de cet homme pour tout ce qui n’était pas lui-même le vainquit.

Français ou prince russe incognito, dit le Français en jetant un coup d’œil sur le linge sale mais très fin de Pierre et sur la bague qu’il avait au doigt, je vous dois la vie et je vous offre mon amitié. Un Français n’oublie jamais ni une insulte, ni un service. Je vous offre mon amitié. Je ne vous dis que ça.

Dans le son de la voix, l’expression du visage et les gestes de l’officier, il y avait tant de bonhomie et de noblesse (au sens français), que Pierre, inconsciemment, sourit au sourire du Français et serra la main tendue.

Capitaine Ramballe, du 13e léger, décoré pour l’affaire du sept, se recommanda-t-il avec un sourire content qui contractait ses lèvres sous sa moustache. Voulez-vous bien me dire à présent à qui j’ai l’honneur de parler aussi agréablement au lieu de rester à l’ambulance avec la balle de ce fou dans le corps ?

Pierre répondit qu’il ne pouvait dire son nom et, en rougissant et tâchant d’inventer un nom, il se mit à exposer les causes qui l’empêchaient de le dire. Mais le Français l’interrompit vivement.

De grâce. Je comprends vos raisons, vous êtes officier supérieur peut-être. Vous avez porté les armes contre nous. Ce n’est pas mon affaire.