Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/237

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mahométane, je comprends cela, mais enseigner conformément aux besoins du temps, je ne comprends absolument pas un seul mot de cette phrase. Quels sont ces besoins ? Qui les définira ? Où s’expriment-ils ? C’est peut-être amusant de raisonner tant bien que mal sur les conditions historiques dans lesquelles devra s’exprimer un futur Rousseau. Je comprends pourquoi Rousseau a dénoncé avec colère l’artificiel de la vie, mais je ne comprends absolument pas pourquoi Rousseau a paru et a exprimé de grandes vérités. Je n’ai point affaire à Rousseau et à son entourage, ce ne sont que les idées qu’il a exprimées qui m’occupent et ce n’est que par la pensée et non par des raisonnements sur sa place dans l’histoire que je puis contrôler et comprendre ses idées.

Mon but était d’exprimer et de définir le critérium de la pédagogie. L’opinion historique, ne me suivant pas dans cette voie, répond que Rousseau et Luther étaient à leur place (comme s’ils pouvaient n’y pas être), qu’il existe diverses écoles (comme si nous ne le savions pas), et que chacune apporte une parcelle à ce mystérieux agrégat historique. L’opinion historique peut fournir plusieurs discussions intéressantes quand il n’y a rien à faire, elle peut expliquer ce que tout le monde sait, mais elle ne peut dire un mot sur lequel on puisse tabler la réalité. Si elle se prononce elle ne dit qu’une phrase en ce genre : qu’il faut enseigner