Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/246

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


1o La population augmente et augmente de telle façon que la théorie de Malthus devient nécessaire ;

2o Il n’y avait pas de troupes, maintenant il y en a beaucoup, et c’est la même chose pour la flotte ;

3o Le nombre des petits propriétaires terriens a diminué ;

4o Les villes ont englobé la plus grande partie de la population ;

5o Le sol est déboisé ;

6o Le salaire a augmenté de moitié, les prix ont augmenté de même et les commodités de la vie sont devenues moindres ;

7o L’impôt sur les pauvres a décuplé ; les journaux sont devenus plus nombreux ; l’éclairage des rues est meilleur ; on bat moins les femmes et les enfants ; les dames anglaises écrivent sans fautes d’orthographe. Je demande au lecteur de lire ce troisième chapitre avec beaucoup d’attention et de se rappeler ce simple fait : que l’armée, une fois qu’elle est augmentée, ne peut être diminuée ; que les forêts séculaires une fois détruites ne peuvent être replantées ; que les populations dépravées par le confort ne peuvent retourner à la simplicité et à la modestie premières. Je demande au lecteur qui n’a pas la foi du progrès ou qui, momentanément, y renonce, de lire tout ce qui est écrit pour prouver que le progrès engendre le bien-être, et de se demander, mais en mettant la foi entièrement de côté : Existe-t-il des preuves que le progrès a fait