Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Cette idée, cependant, n’est pas nouvelle. Elle a été appliquée à l’un des plus grands États du monde, les États-Unis. L’application de cette idée, en Amérique, a donné des résultats relativement brillants. Nulle part l’instruction publique ne s’est développée si rapidement. C’est tout à fait exact. Mais si l’Amérique, en commençant à fonder des écoles après les États d’Europe, a mieux réussi dans l’instruction du peuple, il en résulte seulement qu’elle a rempli sa mission historique et que la Russie, à son tour, doit remplir la sienne.

La Russie, en transportant chez elle le système américain obligatoire (par l’impôt), ferait fausse route comme eût fait l’Amérique, si, quand elle institua ses écoles, elle avait adopté le système allemand ou anglais. Le succès de l’Amérique provient seulement de ce que ses écoles se développent conformément au temps et au milieu.

Il me semble que la Russie devrait agir de même.

Je suis fermement convaincu que le système de l’instruction publique en Russie, pour n’être pas pire qu’ailleurs, selon la condition du temps, doit être meilleur. Il doit être original et ne ressembler à aucun système.

La loi de l’impôt scolaire est faite en Amérique par le peuple lui-même. Sinon tout le peuple, du moins la majorité était convaincue de la nécessité du système d’instruction proposé et avait toute confiance au gouvernement qu’elle chargeait de créer