Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


organisés, les maîtres des écoles grandes et petites, sentiraient toujours que leurs travaux sont appréciés, qu’ils ne sont pas enterrés à la campagne dans un trou sans issue, qu’ils ont des camarades, des guides, dans l’œuvre de l’enseignement ainsi que dans leur instruction et l’amélioration de leur situation, qu’ils ont des ressources et des chemins ouverts.

Le principal avantage d’une telle organisation, c’est que seule elle donnerait de l’avenir à l’instruction du peuple, c’est-à-dire que l’instruction du peuple sortirait de cette impasse où se sont enfoncés les zemstvos à cause des écoles très chères et du manque de nouvelles ressources pour en augmenter le nombre. Quand le peuple choisira lui-même le centre pour les écoles, quand il choisira les maîtres, fixera leurs appointements et profitera des avantages de l’école, seulement alors il augmentera les sommes dépensées pour les écoles, si c’est nécessaire. Je connais des communes qui paient cinquante kopeks par âme pour l’école de leur village. Mais quand tous ne profitent pas de l’école il devient difficile de forcer les paysans à payer même quinze kopeks par âme, et pour les écoles de tous les districts organisées par le zemstvo, les paysans n’ajouteront pas un kopek, parce qu’ils sentent qu’ils n’en profiteront pas pour leur argent. C’est par ce procédé seul qu’on trouvera promptement les ressources nécessaires à la bonne installation de