Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Maintenant, commande, nous sommes prêts à exécuter tes ordres.

L’éléphant dit :

— J’ordonne que vous me retiriez d’ici.

Le chacal se mit à rire et répondit :

— Prends ma queue avec ta trompe et je te retirerai tout de suite.

L’éléphant s’étonna, disant :

— Crois-tu donc que tu pourrais me retirer avec ta queue ?

Et le chacal répliqua :

— Pourquoi alors ordonner ce qu’il est impossible d’exécuter ? C’est précisément pour cette raison que nous avons chassé notre premier roi.

L’éléphant mourut dans le marécage et les chacals accoururent pour le dévorer.


Le Héron, les Poissons et l’Écrevisse.

Un héron qui vivait au bord d’un étang était devenu vieux. Il n’avait plus la force d’attraper les poissons. Il réfléchit à quelle ruse il aurait recours pour subsister. Un jour, il dit aux poissons :

— Hélas, poissons, savez-vous quel malheur vous menace ? J’ai entendu dire aux hommes qu’ils allaient vider l’étang et vous mettre à la poêle. Je connais bien un autre étang, derrière la montagne. Je voudrais bien vous y transporter, mais je suis si vieux qu’il m’est difficile de vous aider.