Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/144

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le voyant répondit :

— Elle est tout simplement blanche comme le lièvre blanc.

— Alors, dit l’aveugle, elle est aussi velue et douce que le lièvre ?

Le voyant répondit :

— Non, la couleur blanche est comme la neige.

— Alors, reprit l’aveugle, elle est aussi froide que la neige ?

Et malgré tous les exemples que le voyant citait à l’aveugle, celui-ci ne pouvait se représenter la couleur blanche du lait.


Le Loup et l’Arc.

Un chasseur, avec son arc et ses flèches, s’en alla à la chasse. Il tua un chevreuil, le mit sur son dos et l’emporta. Sur sa route, il aperçut un sanglier. Il posa le chevreuil à terre, tira sur le sanglier et le blessa. Le sanglier se jeta sur le chasseur, le blessa mortellement et mourut lui-même sur place. Un loup flaira le sang et s’approcha de l’endroit où gisaient le sanglier, le chevreuil, le chasseur et son arc.

Tout joyeux, le loup pensa :

— Voilà de quoi manger pour longtemps ; seulement il ne faut pas tout manger à la fois, mais l’un après l’autre, pour que rien ne se perde. Je mangerai d’abord ce qui est le plus dur et je gar-