Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/234

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


changea bientôt en un cri de joie générale. Le vieil artilleur découvrit son visage, se leva et regarda la mer.

Le ventre jaune du requin était ballotté par les vagues, et, un instant après, la barque ramenait les deux enfants à bord du navire.


Une Punition sévère.
Conte.

Un paysan alla un jour au marché et acheta de la viande. On lui donna de la mauvaise viande et on le trompa sur le poids : Aussi s’en revint-il chez lui tout en colère. Le roi le rencontra et lui demanda :

— Qui donc injuries-tu ?

Le paysan répondit :

— Celui qui m’a trompé. J’ai payé le prix de trois livres de viande et l’on ne m’en a donné que deux livres et encore de mauvaise qualité.

Le roi lui dit :

— Retournons au marché ; tu me montreras celui qui t’a trompé.

L’homme revint avec le roi et lui désigna le marchand.

Le roi fit peser devant lui la viande et constata, qu’en effet, on avait trompé le paysan.

Le roi dit alors :