Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/235

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Eh bien, comment veux tu que je punisse ce marchand ?

Le paysan répondit :

— Ordonne qu’on prélève sur son dos la quantité de viande qu’il me doit.

Le roi reprit :

— C’est bien ! Prends ce couteau et ôte une livre de viande au dos du marchand. Seulement fais bien attention que le poids soit juste, car si tu coupes plus ou moins d’une livre tu seras puni !

L’homme ne répondit rien et s’éloigna.


Les Frères du roi.
Récit.

Un roi se promenait dans la rue. Un mendiant l’accosta, lui demandant l’aumône. Le roi ne lui donna rien. Alors, le mendiant lui dit :

— Roi, tu as sans doute oublié que Dieu est notre père à tous, que nous sommes tous frères et devons tout partager ?

À ces mots le roi s’arrêta et dit :

— Tu as raison, nous sommes frères, il faut que nous partagions.

Et il donna une pièce d’or au mendiant.

Le pauvre prit la pièce d’or et dit :

— Tu me donnes bien peu ! Est-ce ainsi que l’on partage entre frères ? Il faut partager par moitié ;