Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/236

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Tu possèdes un million de pièces et tu ne m’en as donné qu’une.

— C’est vrai, dit le roi, j’ai un million de pièces et ne t’en ai donné qu’une, mais j’ai autant de frères que de pièces d’argent.


Polycrate de Samos.
Histoire.

Il y avait un roi grec, nommé Polycrate, à qui la fortune souriait toujours. Il avait conquis beaucoup de villes et était devenu très riche. Polycrate écrivit à son ami le roi d’Égypte, Amasis, une lettre dans laquelle il lui raconta tout le bonheur de sa vie.

Amasis lut la lettre et répondit à Polycrate en ces termes : « Il m’est très agréable de savoir mon ami heureux, mais ton bonheur même m’inquiète. Selon moi il est préférable qu’un homme réussisse en quelque entreprise et échoue en une autre, que sa chance varie. Écoute-moi et suis ce conseil : Prends ce que tu as de plus cher et jette-le en un lieu où il ne puisse tomber entre les mains des hommes, et alors ton bonheur alternera avec le malheur. »

Polycrate lut cette réponse et suivit le conseil de son ami. Voici comment : Il possédait une bague très précieuse ; il prit cette bague, convia un grand nombre de gens, et les fit monter sur des bateaux ;