Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/241

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les bêtes sauvages et par les oiseaux ; et nous avons grandi là-bas. Pour reconnaître notre origine nous n’avons que notre berceau. Il est orné de petites plaques de cuivre et sur ces plaques il y a quelque chose d’écrit. »

Numitor s’étonna et se demanda si ces jeunes gens n’étaient pas ses petits-enfants. Il garda chez lui Rémus et envoya chercher Faustin pour l’interroger.

Pendant ce temps, Romulus cherchait son frère et ne pouvait le trouver. Quand les bergers lui dirent qu’on avait emmené son frère dans la ville, il prit avec lui le berceau et partit pour le retrouver. Faustin reconnut aussitôt le berceau et il déclara au peuple que ces enfants étaient les petits-fils de Numitor qu’Amulius avait voulu noyer. Alors le peuple s’insurgea contre Amulius, le tua, et choisit pour rois Romulus et Rémus. Mais ceux-ci ne voulurent pas vivre dans cette ville ; ils y laissèrent régner leur grand-père Numitor. Eux-mêmes retournèrent au bord du Tibre, au pied de l’arbre où la louve les avait nourris, et là ils bâtirent une nouvelle ville qui fut Rome.


Le Fils du roi et ses camarades.
Conte.

Un roi avait deux fils. Il avait de la préférence pour l’aîné et lui donna tout son royaume. La mère